La famine sexuelle est un problème essentiellement masculin

Comme le dit « l’autrice » féministe Mary Harrington dans un article éclairant sur la question des « hommes célibataires », le nombre d’hommes sans aucune perspective affective, en constante augmentation dans tous les coins du monde, commence à avoir quelques conséquences au niveau international : La Chine et l’Inde, par exemple, débordent d’hommes « en surnombre » pour qui la guerre devient le seul moyen de prouver leur valeur d’homme ; les jeunes musulmans, pour trouver une épouse, accepteraient aussi de se transformer chair à canon pour des projets expansionnistes sans tête ni queue ; et les hommes occidentaux expriment leur malaise en « épousant » (c’est le cas de le dire) des idéologies extrêmes et radicales.

Les statistiques parlent d’elles-mêmes : le pourcentage de célibataires entre 18 et 34 ans aux États-Unis (source) montre comment une infime partie de la population masculine parvient à s’emparer de la quasi-totalité des femmes.

Le Washington Post rapporte une augmentation choquante du nombre de jeunes vierges dans la société américaine, un chiffre qui, de 2008 à 2018, a triplé chez les hommes de 18 à 30 ans mais est resté stable chez les femmes. Comme l’observe toujours Harrington, « les femmes continuent à avoir des relations sexuelles, mais elles sont en concurrence pour un plus petit groupe d’hommes désirables (…) ».

Ainsi, la famine sexuelle, l’apartheid érotique, la ségrégation des plaisirs, est un problème essentiellement masculin. En Chine, où les femmes sont rares principalement en raison des politiques démographiques post-maoïstes bien connues, la « question » atteint des dimensions tragicomiques : pensez à la soi-disant économie des hormones (荷尔蒙经济学), qui ; au-delà de la définition intrigante, n’est que du « zerbinaggio » pure et simple avec l’approbation du Parti :

« Seuls les Chinois sont visés par une industrie florissante de « petites amies » virtuelles accessibles via Internet : sur des portails tels que yy.com (700 millions d’utilisateurs fin 2013), vous pouvez rencontrer des (vraies) filles qui discutent avec la personne en ligne. Il n’y a généralement pas de véritable contact entre l’hôtesse et le visiteur (qui peut vivre dans un village éloigné, alors que la jeune fille est à des centaines de kilomètres). Le prétendant peut faire des cadeaux virtuels : de la peluche à la Ferrari. Mais vous payez en argent réel ». (Corriere).

Nous ne savons pas comment une telle « politique » peut résoudre quoi que ce soit, étant donné qu’en Occident, où la culpabilisation masculine et le féminisme « spectaculaire » prévalent, ce type de comportement de la part des hommes est cependant devenu un motif de dérision (les Américains l’appellent « simping ») : même dans notre pays, les médias ont essayé de l’encourager par tous les moyens, mais il est évident que le « maintien du virtuel » n’a aucune utilité pour les hommes « excédentaires ».

À moins de rétablir le mos maiorum, qui garantissait une certaine « redistribution de l’eros », il semble qu’il n’y ait pas beaucoup de moyens de sortir du dilemme : certains se font encore l’illusion qu’en encourageant le libertinage de masse, on pourrait d’une certaine manière résoudre le problème, mais il est clair que la révolution sexuelle a échoué, balayant tous les dispositifs, tabous et barrières qui permettaient d’endiguer l’hypergamie féminine, c’est-à-dire la tendance à sélectionner les partenaires considérés comme « supérieurs ». Comme l’observe encore Harrington :

« Bien que le rapport entre le nombre d’hommes et de femmes en Occident [comparé à la Chine ou à l’Inde] soit normal, il ne conduit pas à la formation de nouvelles familles. Les chercheurs en sciences sociales avaient espéré qu’avec l’augmentation du niveau d’éducation et l’accession des femmes à l’indépendance économique, l’hypergamie disparaîtrait et qu’elles accepteraient un certain compromis dans le choix du partenaire. Après tout, une femme carriériste pourrait théoriquement avoir une vie plus facile en épousant un artiste peintre aux horaires flexibles qui peut s’occuper de ses enfants. Mais des centaines de milliers d’années passées à donner la priorité aux partenaires ayant des ressources et un statut ont laissé un héritage, et il semble que de nombreuses femmes préfèrent encore chercher le meilleur partenaire potentiel. Une étude américaine récente a montré que même lorsque les femmes sont plus instruites que leurs partenaires, elles montrent toujours une préférence pour les hommes qui gagnent plus qu’elles. En bref, les femmes carriéristes snobent l’artiste peintre et partent à la recherche d’un mari de leur propre niveau financier ou d’un niveau supérieur. Pour aggraver le problème, les normes sociales protégeant la monogamie ont été assouplies depuis les années 1960, mais cela n’a pas rendu les femmes moins exigeantes envers leur partenaire ».

Bien entendu, nous ne nions pas que le problème de la « famine sexuelle » se pose également pour certaines femmes (qui, cependant, si elles s’inscrivaient sur un site de rencontre quelconque, pourraient créer leur cohorte d’hommes « assoiffés »), mais outre le fait qu’une femme n’est jamais appelée à « prouver » quoi que ce soit (de l’angélisme poli au féminisme), les statistiques, répétons-le, attestent que ce sont les hommes qui sont les plus touchés. Les mêmes hommes accusés de « diriger le monde » et de pouvoir profiter des avantages offerts par un « patriarcat » fantôme, mais qui, à y regarder de plus près, ne peuvent même pas se permettre un baiser ou un câlin d’une femme…

Traduzione: Les Trois Étendards

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.