La questione masculine comme réalité de fait

En Italie, l’expression « question masculine » est considérée depuis des années comme fondamentalement synonyme de misandrie, c’est-à-dire de haine des hommes : il suffit de penser à l’usage qui en est fait par des personnages comme Lorella Zanardo et Pippo Civati. Cependant, dans l’underground depuis le début de la diffusion de l’Internet dans notre pays, l’expression a donné naissance à un important site web homonyme et à un forum encore plus important qui lui est lié, qui fait partie des « classiques » de la question masculine en Italie, avec des portails et des blogs comme « Uomini 3000 », « Uomini Beta » et tout le domaine des « Maschi Selvatici » inspirés par les volumes du psychologue Claudio Risé (d’orientation catholique malgré une approche jungienne, ainsi que l’un des rares « diffuseurs » de la question masculine en Italie au niveau académique), et beaucoup d’autres malheureusement aujourd’hui disparus définitivement du web, comme « Antifeminist », qui n’est plus mis à jour.

Personnellement, j’admets que je n’ai jamais interagi avec la manosphère (que j’appelerai désormais androsphère), et je ne me suis jamais considéré comme en faisant partie (en fait, j’ai toujours subordonné la « question masculine » à d’autres « questions » plus pressantes, avant tout politiques), mais je me suis toujours considéré comme un observateur attentif et aussi un découvreur de bonnes choses, comme le brillant blog « M. Nice Guy », qui s’est malheureusement arrêté pendant un certain temps mais qui depuis 2008 a lancé des « pilules rouges » avant même que le concept n’arrive en Italie.

Malgré cela, j’ai longtemps été désintéressée par le sujet, à la fois parce qu’il me semblait que tant d’élucubrations ne menaient nulle part, et parce que je craignais qu’à long terme tout cela ne se transforme en une version masculine du féminisme (deux maux ne font pas un bien). Puis beaucoup de choses ont changé, à commencer par une résurgence du féminisme, qui à mesure qu’il perdait son emprise sur les masses, devenait de plus en plus totalitaire, violent et radical : une évolution qui, en Italie, suit le sillage des États-Unis, et qui obligera par conséquent la partie adverse à « s’américaniser ». Le fait que finalement la question masculine (au sens propre, bien sûr) ait acquis une dimension politique (dont la victoire de Trump n’est que la pointe de l’iceberg), a suscité chez moi un retour d’intérêt.

Bien que je n’ai pas le droit de me considérer comme un « historien » du mouvement, je pense pouvoir identifier les premières preuves d’un changement de registre dans des blogs comme « Homodus » (qui malheureusement pas mis à jour depuis longtemps) : une coupe cynique et nihiliste, une indifférence totale à toute possibilité de « faire masse », une prévalence de l’individualisme, du « sauve qui peut », un style vulgaire et criard (il avait aussi des défauts).

En particulier, la nouvelle génération de sites de l’androsphère est venue me voir il y a quelques mois à la recherche d’une traduction de l’expression cock carousel (« giostra di cazzi »), un concept clé du lexique Incel (« célibataires involontaires ») et MGTOW (en italien : « uomini che vanno per la loro strada ») pour désigner la vie sexuelle d’une jeune femme occidentale avant que l’horloge biologique ne la force à s’installer.

Un commentateur anonyme me l’avait rapporté tel quel, refusant d’ajouter une traduction officielle, mais j’ai été intrigué par le fait que de nombreuses personnes qui ignoraient totalement ce dont nous discutions (ceux que nous devrions appeler des « normies », mais nous ne sommes pas encore totalement américanisés) l’utilisaient presque comme un porteur d’une sagesse populaire ancienne.

Maintenant, grâce à l’androsphère nationale, une transposition parfaite est apparue : Cazzosello (également respectueux de l’étymologie, qui n’a rien à voir avec le « chariot », mais est un surnom pour « caruso », parce qu’à l’origine les chevaliers lançaient des boules d’argile, c’est-à-dire des « têtes de caruso », carusielli). En fait, en cherchant Cazzosello, Google m’a fait découvrir des sites que j’ignorais jusqu’à présent (hormis les sites miroirs pour alouettes pornographiques, qu’il vaut toujours mieux éviter) : MGTOW Italia (comme le dit le titre, représentatif du courant « Men Going Their Own Way »), Vita da brututto (purement « Incel ») et Il Redpillatore (orienté vers la théorie dite du « Look Money Status » et touché par une curieuse obsession pour les phénotypes). La façon dont je les ai rencontrés confirme toutefois indirectement les remarques précédentes sur le « changement de registre ».

C’est seulement maintenant que je réalise que ce que j’ai écrit ces derniers mois sur l’androsphère pourrait être considéré comme un plagiat colossal par ces sites : néanmoins, il est probable que cela dépende de sources communes (les miennes sont incels à 100%), même s’il serait fascinant d’émettre l’hypothèse non pas d’un inconscient collectif masculin, mais au moins d’une correspondance de certaines intuitions avec ce qui se passe dans le « monde réel ».

Pour conclure, si je suis revenu à la question masculine après une très longue période de silence (en me déclarant moi-même, plus par « goliardia » que par conviction réelle, un incel) c’est parce qu’il me semble qu’elle atteint une masse critique dans tous les pays occidentaux : même en Italie, où jusqu’à très récemment l’épine dorsale de l’activisme était représentée par des « pères séparés » ou par ceux qui ont fait de l’antiféminisme un corollaire de leur militantisme politique, une horde d’hommes humiliés et offensés est en train d’émerger maintenant.

À moins de vouloir croire à une contagion psychique (mais c’est toujours possible), nous devrions reconnaître que les idéologies naissent et évoluent en fonction des changements sociaux, et que notre société est confrontée à de nombreux périls. Tout d’abord, le déséquilibre démographique entre les sexes, accentué au cours de la dernière décennie par une immigration sauvage, qui a réduit des nations comme la Suède à avoir un rapport (ratio) hommes/femmes plus déséquilibré que la Chine. Deuxièmement, la tendance à l’hypergamie toujours présente dans le beau sexe pour des raisons biologiques (avoir une progéniture avec des caractéristiques « gagnantes »), renforcée culturellement par le féminisme, a conduit à une situation sans précédent, également pour le monde animal (puisque dans la nature, une monopolisation du marché sexuel par les mâles alpha entraînerait l’extinction de l’espèce). Enfin, le déclin des formes traditionnelles de connivence entre les sexes au profit de « familles alternatives » a augmenté le nombre d’hommes « relégués au célibat », comme le souligne même The Economist, en se concentrant uniquement sur les conséquences néfastes de la polygamie pour certaines nations africaines (Why polygamy breeds civil war, 19 mars 2018).

Dans la vidéo suivante (Voir sur Youtube : Black Pigeon Speak – l’œuvre d’un chroniqueur conservateur dont sont tirées la plupart des sources ci-dessus), le mélange explosif que représentent ces facteurs est excellemment traité : c’est précisément la « masse critique » dont je parlais, le moment où la horde trouve une foi « au bon moment et au bon endroit ». C’est la question masculine qui s’impose finalement comme une réalité de fait.

Traduzione: Les Trois Étendards

La questione maschile come realtà di fatto

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.