Le matriarcat c’est la domination du mâle alpha

J’ai été élevée avec une sorte d’éducation qui, jusqu’à il y a quelques années, aurait été définie comme progressiste, féministe, démocratique et tolérante : on m’a appris à respecter les femmes (qui sont maintenant mon principal problème), à appeler la police en cas d’accident, pour une agression, et l’avocat pour un litige de copropriété.

Avec le recul, je pense que c’est cette forme de mensonge qui a fait de moi le sous-humain que je suis maintenant. Les scientifiques d’outre-mer ont réussi à identifier des noms plus pertinents pour ma condition existentielle : beta, simp, cuck, snowflake. Cependant, ce n’est pas mon misérable exitus (au sens large) qui me déprime, mais le fait que si j’arrivais à exister d’une autre manière – surtout à une époque comme la nôtre – j’aurais pu au moins obtenir quelques succès dans le domaine sentimental, peut-être dans le rôle de la brute, du connard, de l’homme violent (en bref, le type pour lequel les femmes bavent, principalement celles qui se disent « féministes »).

Au lieu de cela, je suis ici tellement à l’étroit que je ne peux même pas profiter d’un de mes films préférés de tous les temps, Back to the Future, sans me douter que, plus qu’un voyage dans le temps, ce film représente cette force féroce que le monde possède (et qui en fait un droit). La morale de ce chef-d’œuvre me semble en effet correspondre à une façon d’être profondément américaine qui s’exprime parfois dans les expressions : « kill or be killed », « dog eat dog », « big fish eat little fish », etc… Loin de rétablir une sorte de justice universelle, le protagoniste Marty McFly renverse simplement le rôle de victime et de bourreau pour s’assurer un père alpha dans une réalité parallèle où le tyran Biff a finalement été réduit à être l’homme Beta. Peut-on cependant parler d’une rupture de la chaîne de la souffrance, du renversement de la dialectique servant-maître ou du dépassement de l’homo homini lupus ?

Je suis peut-être pessimiste, mais je ne le pense vraiment pas (étant donné aussi que le « tyran » n’est pas tel dans un sens ontologique et que, dans ce contexte, il ne peut l’être qu’aux yeux d’un spectateur absolu capable « d’intuitionner immédiatement l’avenir »). Pourtant, personne ne semble avoir perçu l’inconfortable « happy end » déguisé en un abandon artistique aux limites de la perfection : seul Žižek a senti la paranoïa de Spielberg sur la nécessité de la « rédemption » du père (sans jamais mentionner Retour vers le futur, qui ressemble à ce point à la proverbiale « lettre volée » de Poe même pour le sous-texte incestueux) : The boy’s dream is how to pass from bad father to good father… The true story is the restoration of paternal authority.

Du point de vue éthico-économique des États-Unis, le « jeu » ne peut être que cela. Le goût du jeu ne consiste pas à obtenir ce que l’on veut, mais à l’arracher aux autres : c’est la morale de tout libéralisme (dont on ne sait pas comment il a réussi à attribuer une origine sémantique commune à la « générosité »). Les « pères spielbergiens » les apprécient car aucun d’entre eux ne contrevient au paradigme actuel, qui est finalement sauvage et déshumanisant.

Il existe une tendance consolidée par une certaine publicité à romancer la figure du mâle alpha en tant que juge impartial, chef de tribu magnanime et législateur « salomonais » : cependant, c’est le paradoxe d’une structure « patriarcale », créée pour freiner les pressions totalisantes et monopolistiques des « patriarches », dans laquelle le droit positif, l’égalité devant la loi, la protection de l’ordre public, la sécurité sociale et bien d’autres « déviances » du ius naturae se sont imposées à nous. Aussi contradictoire que cela puisse paraître, la seule « technologie culturelle » inventée par l’espèce humaine pour freiner cette tendance autodestructrice est précisément celle-ci.

À certains égards, nous vivons déjà dans une dystopie aux connotations « matriarcales ». Imaginez la scène : une vierge de quarante ans témoigne encore une fois contre le féminicide et malgré les conseils des anciens (« fatti li cazzi tua ») dénonce à la police la violence avec laquelle son voisin soumet sa bien-aimée. Il est clair qu’il n’y a pas de conséquence, sauf que le Beta, le lendemain, trouve sa porte d’entrée défigurée : il se tourne alors à nouveau vers les autorités, et cette fois c’est sa voiture qui brûle. À la fin, l’homme en qui le voisin avait vu le « prince charmant » conclut le « cursus honorum passionale » en tuant sa princesse. Le mâle Beta devient alors la plaisanterie du quartier : « Si seulement il y avait eu un homme dans ce bâtiment, il aurait pu sauver cette pauvre fille », commentent les féministes.

Juste pour faire un exemple absolument lancé dans l’air. Revenons au présent : l’hypothèse devient plus rigoureuse quand on observe comment une société régie par des « valeurs féminines » présumées est tout sauf ouverte et égalitaire : au contraire, elle impose le rétablissement de hiérarchies sauvages déguisées par l’idéologie. Depuis des millénaires, cependant, le génie de l’espèce nous a fait part de la peur de tout cela : ce n’est pas le début de la nova tempora, mais un naufrage dans une barbarie ancienne.

Je rapporte – pas seulement à des fins de trolling – les brillantes observations d’une « Lady Astor », anonyme, sur l’essence du soi-disant « polyamour », un phénomène fomenté par des réseaux unifiés qui consiste à présenter comme attrayante la possibilité pour une femme « d’avoir plusieurs relations intimes (sentimentales et/ou sexuelles) en même temps, avec le plein consentement de tous les partenaires impliqués, en opposition au postulat de la monogamie sociale comme une norme nécessaire » (Wikipédia). Comme cette propagande s’adresse surtout aux femmes (et il serait donc plus correct de parler de « polyandrie »), Lady Astor a bien fait d’observer que les faits observés partagent de nombreuses caractéristiques avec les cultes matriarcaux :

« Pourquoi toutes les femmes polyamoureuses ressemblent-elles à des vénus paléolithiques ? Pourquoi les acolytes/amants semblent-ils toujours si émaciés ? Je suppose que la version moderne des ceuilleurs doit se rassembler autour des « matrones », tandis que les chasseurs peuvent choisir les femmes qu’ils veulent. Ce serait une réaction naturelle à la situation actuelle de l’hypergamie ».

Il est un fait qu’au-delà de l’archéologie et des fantasmes, le matriarcat n’a jamais représenté une forme de « gouvernement des femmes », mais toujours une domination tribale des mâles alpha : la matrilinéarité signifie l’absence du père, et non la présence de la mère. Les hommes matriarcaux ont poussé comme des champignons et ont grandi en meute, sans aucune conscience de soi : l’ »histoire » d’un individu commence lorsque le patriarcat force l’imposition de noms de famille et que l’humain émerge sur la horde, la famille sur la tribu, la loi sur l’arbitraire.

Nous voyons les effets de la domination matriarcale dans presque tous les domaines, à tel point que nous ne savons même pas par où commencer. Pour reprendre un exemple connu, pensons à la panique morale provoquée contre le soi-disant « féminicide », qui jusqu’à présent n’a pas empêché une seule femme de se livrer à un homme susceptible d’être féminicide, ni permis qu’un seul de ces meurtriers soit puni de la prison à vie. Car, comme on le sait, le concept même de la loi est un vestige patriarcal : le matriarcat a pour seul but d’empêcher les hommes génétiquement inférieurs de se reproduire, de sorte que toute publicité et toute campagne de sensibilisation progressistes s’adressent exclusivement aux hommes « inférieurs ». Cette hypothèse nous empêche d’honorer le moindre sens commun de la justice et se perd dans les mirages du relativisme : rien que des masques d’amoralité, ou une morale impossible qui coïncide directement avec l’instinct.

Deuxième point : l’acceptation d’une forme exotique et tiers-mondiste de machisme défendu bec et ongles au nom de l’antiracisme et du relativisme culturel. Ne vous faites pas d’illusion sur le fait que l’islamisation représente en aucune façon une restauration du « patriarcat », non seulement en raison du paradoxe mentionné ci-dessus, mais surtout en raison du vice de forme qui distinguerait un tel retour aux « coutumes des ancêtres » : charia postmoderne et libidinale pour la masculinité arabo-africaine, #metoo du XIXe siècle et puritaine pour les visages pâles et les hommes Beta.

Troisième point : la prolifération de la sexualité « alternative », de l’homosexualité au transsexualisme, au « milfisme ». Mais je n’ai pas envie de fermer mon blog, alors je ne développe pas plus.

Quatrième point : la prolifération de formes de famille également « alternatives » qui, dans la plupart des cas, répondent à des stratégies de reproduction basées sur une logique hiérarchique et tribale, qui se traduisent d’un point de vue idéologico-propagandiste par la création pour les « liants » des modèles masculins mentionnés ci-dessus (beta provider, simp, cuck etc. …).

Cinquième point : l’épidémie d’intimidation, de vandalisme, de hooliganisme, etc… Inversement proportionnelle à la multiplication des initiatives et des appels en faveur de la tolérance, de l’altruisme et du bien commun. La société féministe se caractérise ici aussi par une sorte de schizophrénie de masse : le maternage collectif récompense les canailles, les profiteurs, les petites et les grandes canailles, les bourreaux qui montrent une fierté particulière  (car déjà le repentir serait une démonstration de « faiblesse »).

Sixièmement : la « tribalisation » (le thème de la tribu est fréquemment utilisé) dans les « quotas », non plus seulement sur la base du sexe mais aussi – pour parler franchement – sur la quantité de mélanine et le poids. Le point est inséré dans les observations précédentes et il n’y a donc pas grand-chose à ajouter, si ce n’est que cette fragmentation pourrait représenter une sorte de pseudo-collectivisme destiné à éviter toute restauration potentielle du « patriarcat » même à travers les phases tragiques de « l’ominazione vichiana » (en ce sens que la fragmentation de la société offre une certaine illusion d’ordre par rapport à l’anarchie des individus).

Et cetera, et cetera… La question est que le matriarcat n’est un mythe que dans la mesure où il est « technicisé », c’est-à-dire purifié idéologiquement de sa contiguïté avec nos origines violentes. Sinon, il pourrait être considéré sans difficulté comme un synonyme d’amoralité, d’anarchie, d’oppression, d’irrationalité et de dégénérescence. En d’autres termes, tout ce que l’éducation dont nous parlions au début nous a appris à tolérer.

Traduzione: Les Trois Étendards

Il matriarcato è il dominio dei maschi alfa

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.