Les mâles naiment pas la triade sombre

Sur ce blog, nous avons traduit des dizaines d’articles concernant l’attraction des femmes envers la soi-disante « triade sombre », c’est-à-dire, le narcissisme, le machiavélisme, et la psychopathie, traits de personnalité qui, chez les hommes, garantissent le succès reproductif par rapport aux « bons gars » (vous les trouverez presque tous sous le tag « Chaque femme adore un fasciste », titre inspiré naturellement par ce célèbre verset de Sylvia Plath).

Ce qui nous a surpris, c’est qu’un argument aussi « incorrect » était régulièrement confirmé par la psychologie évolutionniste : nous commencions presque à soupçonner qu’il s’agissait d’une véritable science, puisqu’aucune étude « corrective » n’était encore intervenue pour attester que les mâles aiment aussi les putes tueuses (« Las mujeres son putas asesinas », dit un autre poète).

Maintenant, enfin (disons), quelque chose commence à émerger: une étude britannique pour la revue Personality and Individual Differences (Borderline personality traits in attractive women and low attractive rich men are relatively favourable by the opposite sex, mars 2020) menée sur 525 personnes démontrerait que même les hommes sont « attirés par des personnalités borderline », tandis que les femmes seraient « plus consciencieuses dans le choix des conjoints », en évitant les hommes qui sont problématiques ou ayant peu de perspectives économiques.

La recherche a déjà commencé à être « annoncée » par divers journaux spécialisés (tôt ou tard, elle sera également discutée en Italie), par exemple PsyOp (Men are drawn to borderline personality traits in physically attractive women, study finds, 6 juin 2020). Cependant, à y regarder de plus près, l’étude est erronée à la fois dans les prémisses et dans les conclusions, parce qu’elle prend d’abord comme repère une vidéo virale de Youtube (si, si), « Hot Crazy Matrix », dans laquelle en vérité on soutient exactement le contraire, à savoir que la femme à épouser est celle qui a 8/10 dans l’échelle de l’attractivité et 5/10 dans celle de la folie.

En outre, les données recueillies ne disent pas du tout que les hommes sont « attirés » par les femmes avec des personnalités borderline, s’il y a quelque chose à dire, c’est l’exact opposé, à savoir que ces hommes, comme les femmes, seraient plus disposés à s’engager avec un individu qui n’a pas de traits de psychopathe par rapport à celui qui en a, à partir du présupposé que les deux sont au même niveau de richesse et d’attractivité.

L’auteur principal de l’étude affirme avoir voulu « corriger » « l’ambiguïté » de la myriade d’études antérieures « concernant la question de savoir si les femmes étaient attirées par les bad boys », affirmant que les résultats de ses recherches au contraire « suggèrent qu’elles ne le sont pas, du moins pas plus que les hommes ». Il était donc déjà à la recherche de ce qu’il voulait trouver : en attendant, il a également constaté que les femmes sont attirées par l’argent, même face à une personne moins belle physiquement, mais cela ferait tâche dans le paysage actuel gynocentré.

Dans la pratique, l’argument à prouver était que les hommes, qui ne sont pas les principaux « caregivers », peuvent se permettre des relations instables et problématiques, tandis que les femmes adopteraient une « sagesse » instinctive :

« Il pourrait être excitant d’être avec ces personnes pour ceux qui sont à la recherche d’émotion et d’impulsivité. Une telle relation est comme une montagne russe avec de grandes montées et des descentes encore plus grandes : c’est pourquoi les gens restent probablement dans ce genre de relations, en raison de l’incertitude et du drame ».

J’ai du mal à ne pas être sceptique, notamment parce qu’il est clairement entendu (les auteurs eux-mêmes l’admettent) que l’étude a été conçue pour « exonérer » les femmes de ce qui semblerait être une accusation et qu’elle n’est malheureusement qu’une dictée biologique qui persiste malgré les corrections culturelles que l’espèce a tenté d’apporter. Non pas que les autres études de psychologie et de sociologie partent de prémisses différentes, au point qu’elles sont régulièrement censurées par la grande presse précisément parce qu’elles contaminent l’image de la femme présentée souvent comme étant parfaitement rationnelle.

En vérité, la seule conclusion qui peut être tirée d’une telle étude est que les hommes sont attirés par… les femmes attirantes. Même si les femmes sont présentées comme « folles », les hommes sont toujours prêts à passer outre en raison de leur beauté. D’autre part, dans la vidéo parodique qui a inspiré l’étude, le faux « sociologue » établit une échelle de folie féminine de 4 à 10, car il n’y a pas de femmes qui ne soient pas folles (et si elles le sont, dit encore l’expert, elles sont probablement transsexuelles).

Par conséquent, tout homme devrait partir du principe qu’il a affaire à une personne mentalement dérangée, qui pourrait le trahir ou le quitter à tout moment, lui mentir face à face, ruiner ses relations avec ses amis et sa famille, le détruire psychologiquement ou économiquement, etc… Cependant, un homme pourrait aussi « se permettre » tout cela (bien que l’écart entre les sexes dans les statistiques sur le suicide soit définitivement à l’encontre du « sexe fort ») ; il en va autrement de la jeune fille qui s’entoure de féminicides potentiels et qui n’a qu’une chance de s’en sortir : en invoquant la protection de cette « société », dont elle refuse de respecter les règles lors du choix de son partenaire.

Comme pour dire que le fardeau d’avoir choisi une « folle » retombe sur l’homme, qui est blâmé même lorsqu’il est tué (sans parler de son suicide par amour et de son divorce). Au contraire, si une femme identifie son prince charmant chez un violeur, un trafiquant de drogue, un criminel récidiviste, la responsabilité est toujours celle de quelqu’un d’autre : par le biais du welfare et de la propagande, la société est régulièrement prête à l’absoudre de toute culpabilité.

Traduzione: Les Trois Étendards

Ai maschi non piace la “triade oscura”

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.